S’inscrire au challenge gratuit

7 jours pour communiquer avec bienveillance

En tant que parent, on vie avec nos enfants au quotidien. Vrai? Et parfois, tout cela peut être un peu lourd! Lorsque vous avez les yeux rivés sur vous, la tentation de l’arrêter est grande!

Nous l’avons déjà tous entendu au moins une fois « mais arrête de pleurer! Arrête! »

Ou peut être l’avez-vous, vous même vécu enfant :
 » tu n’es plus un bébé »
« chut! tout le monde te regarde »
« arrête de te faire remarquer »
« arrête de pleurer ou je vais vraiment te faire pleurer pour quelques choses »

Mais si je vous disais qu’en faisant cela on limite et minimise les sentiments de l’enfant, et cela complique réellement la tâche. De toute façon, on arrivera plus facilement à l’aider à ne plus pleurer en lui apportant notre soutiens et en essayant de comprendre les choses plutôt qu’en le briment et en réprimant ses sentiments. Et il est plus probable qu’ils auront besoin de plus de soutien de notre part à l’avenir que de moins en moins. Si nous n’entendons pas le message qu’ils essaient de nous faire passer, le messager devient de plus en plus fort jusqu’à ce que nous l’entendions. Les enfants recherchent l’empathie et la compréhension. S’ils ne l’obtiennent pas, ils continueront d’essayer.

Pleurer, c’est bon. C’est une façon très saine et nécessaire d’exprimer leurs sentiments, et nous n’avons pas besoin de les faire arrêter. En leur disant de « cesser de pleurer », nous envoyons le message que leurs sentiments ne sont pas importants, pas valides, stupides et ennuyeux. Si nous voulons que nos enfants apprennent à réguler leurs émotions et à nous faire confiance avec leurs problèmes et leurs sentiments, nous ne pouvons pas leur en vouloir quand ils essaient de le faire!

10 choses à dire au lieu de ‘arrête de pleurer’

Les pleurs sont toujours appropriés. Tout ce qui bouleverse votre enfant est une bonne raison de pleurer (ou d’être triste). Cela peut vous sembler trivial, mais un enfant n’a pas une perspective adulte du monde. Souvent, les gens luttent avec leurs sentiments, surtout en public, pensant que ce n’est pas un cadre approprié et s’inquiétant d’autres réactions ou jugements. Mais ne leur apprenons pas ce qu’ils doivent faire (et encore ceci n’est qu’un point de vue sociétale partis tans d’autre). Ils finiront par apprendre les règles sociales non tacites. Un jour, ils sauront comment gérer leurs sentiments et exprimer leur point de vue sur le thème de l’«approprié» ou non, mais nous soutenons le développement de la régulation émotionnelle par l’empathie et la compréhension, et non par le silence.

« écoutez avec attention toutes les choses que vos enfants veulent vous dire, quoi que ce soit. Si vous n’écoutez pas avec enthousiasme ces petites choses lorsqu’ils sont petits, ils ne vous diront pas les grandes choses quand ils seront grands. Finalement, pour eux, il s’agit toujours de choses importante« 

Catherine M. Wallace

Parfois, même lorsque vous savez que vous ne devez pas dire à votre enfant d’arrêter de pleurer, il est difficile de savoir quoi dire à la place! Vous sentez qu’il faut faire ou dire quelque chose, mais vous ne savez pas exactement quoi. Ces situations peuvent être extrêmement inconfortables. Ayant pris l’habitude de mettre de côté vos propres sentiments, l’expérience d’un enfant exprimant pleinement sa tristesse, sa colère, sa déception ou toute autre émotion négative peut être tout à fait déclenchante. La bonne nouvelle est que la pratique aide à l’acquisition, et que vous pouvez réellement aider votre enfant à supporter ses propres émotions.

Alors, que pouvez-vous dire? Voici quelques suggestions!

Vous pouvez aussi ne rien dire! Parfois, aucun mot n’est nécessaire et le réconfort physique dans câlin ou la présence suffit. Juste un « je t’aime » peut être aussi rassurant pour l’enfant.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire ou dire quand votre enfant pleure

Ne pas le distraire. Lorsque vous distrayez vos enfants de leurs sentiments, vous aurez une chance de créer des liens et de les aider à acquérir les compétences de régulation émotionnelle dont ils auront besoin à l’avenir. Vous envoyez également le message que leurs sentiments sont sans importance ou trop difficiles à gérer. Vous devez être capable de gérer vos émotions pour qu’elles se sentent en sécurité et capables aussi. C’est aussi une façon assez irrespectueuse de réagir. Imaginez que vous vous ouvriez à un ami ou à un partenaire uniquement pour lui dire «mais regarde mon nouveau chiot! Ou quelque chose de totalement hors de propos. Vous risqueriez d’être fermé, irrespecté, embarrassé et instable à l’avenir.

Ne pas punir. La punition et les récompenses ne font pas partie d’une parentalité respectueuse. Jamais punir, menacer, honte, blâmer ou juger un enfant pour leurs sentiments!

Pas de mais. Lorsque vous ressentez de l’empathie pour les sentiments de votre enfant, évitez de lui donner un «objectif». Par exemple. « Tu es triste parce que tu voulais vraiment un autre morceau de gâteau, mais tu ne peux pas en avoir un ». « Mais » invalide en quelque sorte tout ce qui précède. Il essaie d’expliquer ou de réparer les sentiments. Il n’y a pas besoin de faire ça. L’empathie est suffisante.

Posez trop de questions. Lorsque votre enfant est envahi par des sentiments bouleversants, il n’est pas en mesure de répondre à de nombreuses questions. Faites preuve d’empathie d’abord, poser des questions plus tard.

Dites « ça va ». Les gens sont bien intentionnés quand ils disent «ça va», «tout va bien», «ce n’est rien», mais le fait est que votre enfant ne va pas bien pour le moment. Ils ne se sentent pas bien, alors même si vous essayez d’être rassurant, cela peut sembler minimiser leurs sentiments. Un simple «c’est bon de pleurer» est une meilleure option.

Avoir une limite de temps. N’utilisez pas l’empathie comme une technique pour en finir avec les pleurs. Ce n’est pas le but! L’objectif est d’aider votre enfant à se sentir entendu, compris, validé et soutenu. Cela pourrait prendre un certain temps, surtout si leurs sentiments ont été écartés dans le passé. Il pourrait y avoir beaucoup de choses à sortir! Ne tentez pas l’empathie pendant 5 minutes, puis déclarez que cela ne fonctionne pas parce que votre enfant pleure encore. L’empathie n’est pas une technique de contrôle, mais un moyen de rencontrer votre enfant là où il se trouve et de le soutenir.

La prochaine fois que votre enfant éprouvera des sentiments accablants, mémorisez certaines des phrases ci-dessus et accompagnez votre enfant avec empathie et compréhension. Parce qu’ils le méritent. Les sentiments ne sont pas quelque chose à éviter, mais des possibilités de connexion.

Traduit du site anglais happinessishereblog