S’inscrire au challenge gratuit

7 jours pour communiquer avec bienveillance

Aujourd’hui je vous livre un article un peu plus personnel sur l’allaitement. Quel est le lien avec la méthode Montessori me direz-vous ? Tout d’abord il s’agit de respecter un besoin naturel de l’enfant, de lui apporter le meilleur, mais aussi d’aménager son espace dans une « logique Montessori »

Attention cet article n’est pas fait pour culpabiliser les mères non-allaitantes mais pour aider les mamans qui le souhaitent/peuvent à réussir à allaiter sereinement. Car oui, au début ce n’est pas toujours facile ! Ce fut une période très éprouvante pour moi, à cause du manque de confiance en moi et de ma méconnaissance du sujet. Je vous écris tout ce que j’aurais aimé savoir à l’époque.

1. Aménager un espace pour allaiter

Dans la pédagogie Montessori on aménage 4 aires distinctes : Le repas, le soin, les activités et le sommeil.

Le but est de donner à votre enfant des repères spatiaux-temporelset de répondre à son besoin d’ordre. En effet cela rassure votre bébéde pouvoir anticiper ce qui va arriver et sans routines ou aménagement de l’espace, il ne peut pas le faire.

Je développe tous ces points dans ma formation Montessori Academy.

Trouvez un espace confortable pour vous : un bon fauteuil, un coussin d’allaitement,  éventuellement un marchepied, et toute autre chose vous permettant d’être détendue (et de préserver votre dos).

Quand vous irez à cet endroit bébé saura qu’il va téter et que ce sera un moment agréable partagé avec sa maman.

Pour l’allaitement il est difficile d’instaurer des routines « temporelles » car je vous recommande vivement un allaitement à la demande.

2. Allaiter à la demande

A la naissance de mon premier enfant j’étais complètement perdue et n’avait aucune notion sur l’allaitement. J’ai donc été très scolaire et ai écouté les « conseils ».

Tout d’abord la puéricultrice de la maternité : allaiter toutes les 3h, une tétée dure environ 20mn.

Ok ! Mon enfant s’endort quasi systématiquement au sein, je le stimule pour tenir les 20mn top chrono. Ensuite il pleure mais je ne lui donne pas le sein : bah oui à la maternité on m’a dit que c’était les coliques et qu’il fallait éviter de lui redonner le sein s’il avait bien mangé.

Visite de la PMI 1 semaine après ma sortie de l’hôpital, catastrophe bébé a perdu du poids ! On me donne encore un « super conseil » : « votre lait n’est pas assez nourrissant, achetez du lait en poudre » …

Je fonce à la pharmacie, et là je tombe enfin sur quelqu’un qui m’écoute et me conseille VRAIMENT !

J’apprends que tous les bébés sont différents et qu’il faut allaiter à la demande et proposer les 2 seins à chaque tétée. Aujourd’hui cela me paraît une évidence, mais à l’époque j’ai quand même acheté une boîte de lait (grosse erreur, je vous en reparle tout de suite dans les obstacles à l’allaitement).

3 S’accrocher face aux obstacles de l’allaitement

Les douleurs liées à l’allaitement

Voilà une des raisons qui m’a poussé à acheter cette boîte de lait en poudre : j’avais des crevassesqui me faisaient horriblement mal.

J’avais essayé les crèmesspéciales crevasses, mis mon lait en pansement, mais malheureusement rien n’était vraiment efficace.

J’ai utilisé des bouts de sein, cela m’a bien soulagé mais a engendré une confusion sein/tétine (je reviens dessus après ^^). Pour autant je ne regrette pas sinon j’aurais laissé tomber l’allaitement.

Sachez que dans la majorité des cas ces douleurs disparaissent rapidement une fois l’allaitement bien mis en place, donc accrochez-vous, c’est difficile au départ mais ça en vaut la peine !

Peur de ne pas avoir assez de lait : qu’est-ce qu’un pic de croissance ?

La principale raison d’être passé en allaitement mixte est la perte de poids de mon enfant. Lait pas assez nourrissant, manque de lait ? Ce sont des conclusions assez simplistes et erronées !

Dans mon cas le principal problème était que je n’avais pas allaité à la demande, et en plus je n’avais jamais entendu parler des pics de croissance ! En effet à certaines périodes les bébés vont avoir besoin de téter h24, pleure au seinetc. on se dit alors « mince ! Je n’ai plus de lait », il s’agit en fait d’une poussée de développement, et ces tétés ultra fréquentes (et fatigantes) permettent au lait des’adapter en quantité et qualitépour répondre aux besoins de l’enfant.

Introduire des biberons est une grande erreur car cela engendre un cercle vicieux : bébé tète moins donc moins de lait, donc plus de biberons, et bye-bye l’allaitement. En plus du risque de confusion sein/tétine.

Risque de confusion sein/tétine

Après avoir utilisé des bouts de sein pour soulager mes crevasses mon bébé n’arrivait plus à prendre le sein, grosse panique ! Et oui il faisait une confusion sein/tétine

Tout est rentré dans l’ordre au bout d’environ 1 semaine où je lui proposais systématiquement le sein sans embout, je le remettais au départ car il n’y arrivait pas puis doucement cela s’est remis en place.

Evitez autant que possible les bouts de sein, biberons et tétines ! Et ce malgré les remarques de votre entourage.

Faire abstraction des remarques de votre entourage

L’obstacle le plus lourd : les remarques incessantes de votre entourage ! « Ton enfant est trop maigre/trop gros », « Après 3 mois il faut donner un complément », « quoi tu allaites encore ? » (liste non exhaustive ^^).

Dites STOP !!!! Renseignez-vous sur l’allaitement et ses bienfaits, faites respecter votre choix ! Et si vous ne vous sentez pas capable de tenir face, évitez simplement la discussionen remerciant du conseil et changez de sujet.

Les croyances de grand-mères sont bien ancrées, donc en cas de doute renseignez-vous auprès de professionnels compétents.

4. Se faire aider en cas de doute sur votre allaitement

Si vous doutez de votre capacité à allaiter ou que cela vous semble trop difficile, faites appel à des professionnels COMPETENTS : une sage-femme, la leche-league ou une autre association de soutien à l’allaitement (parfois votre médecin traitant, mais le sujet de l’allaitement est passé en revue très rapidement à la fac).

Ils pourront vous montrer les bonnes positions pour allaiter, vous donner des conseils pour les douleurs, et même détecter des choses auxquelles vous n’auriez pas pensé (réflexe d’éjection fort, frein de langue, frein de lèvre etc.).

Voilà, j’espère que cet article vous aura permis d’être plus confiante pour votre allaitement.

Pour information j’avais réussi à revenir à un allaitement exclusif au bout de quelques mois en persévérant et donnant le sein à volonté, donc ne désespérez pas, c’est possible !

Partagez vos expériences en commentaire et si vous souhaitez en savoir plus sur l’aménagement des 4 aires, les besoins de l’enfant, inscrivez-vous à ma formation Montessori Academy.

A très vite.

Montessori Academy grandit et prends la route d'une nouvelle aventure

logo ea3

pleins de nouvelles offres qui s'offrirons à vous !!!