S’inscrire au challenge gratuit

7 jours pour communiquer avec bienveillance

 » Ce n’est que grâce à la liberté et à l’expérience environnementale que le développement humain est pratiquement possible. » ~ Maria Montessori, l’esprit absorbant.

Quand mon fils est né il y a douze ans, je me souviens être complètement paniquée, je le regardais dormir tranquillement dans son berceau mais ne savais pas vraiment comment j’allais pouvoir l’aider à grandir. Aussi impuissants qu’un nouveau-né semble, ils ont de nombreux réflexes archaique et mouvements protecteurs. À mesure que le bébé grandit et se développe, le besoin inhérent d’être indépendant se manifeste de nombreuses façons. Tenir la tête haute, se rouler, s’asseoir, ramper, ramper, se tenir debout, marcher et courir sont des moyens naturels d’aider les bébés à établir leur indépendance. Être capable de bouger librement, sans aide artificielle, est le premier pas de l’enfant vers l’indépendance.

Maria Montessori avait compris que les enfants doivent expérimenter le monde à travers leurs sens pour que le cerveau se développe. Pouvoir voir, entendre, sentir, sentir et goûter leur environnement est essentiel. Grâce au mouvement et à l’apport sensoriel, les enfants développent des voies neurales, façonnant leur esprit émergent et prenant le contrôle de leur corps. La philosophie Montessori embrasse l’idée que pour s’engager pleinement dans l’environnement, l’enfant doit être libre de bouger.

Développement du mouvement

Il est étonnant de penser qu’au cours des trois premières années de la vie d’un enfant, il accomplit toutes les étapes majeures du mouvement: utiliser ses cordes vocales et sa bouche pour pleurer, roucouler, imiter des sons, parler et chanter; se servir de leur corps pour se tenir la tête, se soulever, ramper, s’asseoir, se tenir debout, marcher, courir, sauter, grimper et danser; et développant leurs mains pour atteindre, saisir, pointer, tenir une cuillère et écrire. Le développement du mouvement est céphalocaudal – de haut en bas. En général, les enfants atteignent des étapes importantes à peu près au même moment. Il est important de garder à l’esprit que tous les enfants ne progressent pas en même temps et qu’un soignant doit faire des observations attentives sur les étapes de développement de chaque enfant. Les aidants Montessori doivent encourager les enfants à s’étendre à mesure qu’ils acquièrent une indépendance de mouvement.

– 7 semaines – capable de tenir la tête droite lorsqu’il est tenu droit
– 2 mois et demi – tient la tête ferme
– 6 mois – assis seul
– 8 mois et demi – se met en position debout
– 9 mois – crawls
– 12-15 mois – promenades

Maria Montessori pensait que « ce que la main fait, le cerveau se souvient ». Les recherches actuelles sur le cerveau montrent que la main est en effet le lien le plus fort de l’enfant avec le cerveau en développement. Le développement de la main est proprioceptif. C’est-à-dire qu’il se développe de l’intérieur. Un bébé doit placer ses mains devant elle pour sortir de son ventre avant de pouvoir saisir un bloc devant elle. Ainsi, s’asseoir seul est une étape importante car il laisse les mains libres pour explorer. Au début, les mouvements de la main peuvent être instables ou non coordonnés. Les bébés ne réalisent même pas qu’ils ont les mains jusqu’à environ six mois, ils saisissent instinctivement des objets. (Avant 6 mois, les bébés utilisent le réflexe palmer grasp pour fermer la main autour d’objets tels qu’un hochet ou un doigt d’adulte). Maintenant, le choix de saisir les objets est présent et le bébé apprend que son esprit peut contrôler son corps pour faire sa volonté.

Dans les prochains articles, nous examinerons plus spécifiquement l’indépendance dans les environnements du nido, de la communauté enfantine et de la maison des enfants.