S’inscrire au challenge gratuit

7 jours pour communiquer avec bienveillance

Dans son concept de l’esprit absorbant, Maria Montessori a défini les périodes sensibles de développement. Le cadre Montessori reconnaît plusieurs étapes importantes dans l’apprentissage d’un enfant. Les périodes sensibles sont des étapes critiques où les enfants sont particulièrement disposés à acquérir certaines compétences.

Ces distinctions aident les adultes à structurer les activités d’apprentissage de leurs enfants. De plus, la connaissance de ce concept va vous permettre de comprendre le développement de votre enfant. Ainsi il sera plus facile de planifier son environnement d’apprentissage en conséquence.

Maria Montessori a divisé l’esprit absorbant en deux phases: l’inconscient (de 0 à 3 ans) et le conscient (de 3 à 6 ans). Au cours de la période antérieure, l’enfant rassemble sans le savoir des impressions de son environnement et commence à développer le «concept de soi» et à développer des aptitudes à la vie courante, telles que l’indépendance.

Une fois entré dans la dernière période de développement, l’enfant prend conscience de son environnement. Il cherche des moyens de mettre de l’ordre ou de créer un système pour ces apprentissages recueillies inconsciemment au cours de la période de développement précédente.

Le mouvement et la liberté sont de grands moteurs intérieurs en ce moment. C’est l’étape «laissez-moi le faire moi-même» et nous, les adultes, devrions permettre que cela se produise. Son esprit absorbant s’estompe à l’âge de six ans.

Que sont les périodes sensibles?

Définition de période sensible

La définition de période sensible repose sur l’idée que les enfants ne sont pas toujours réceptifs aux expériences d’apprentissage. En d’autres termes, un enfant peut ne pas être intéressé par une activité car il n’a pas encore commencé cette période sensible de développement. Vous noterez aussi que les besoins des enfants ne seront pas les même à un moment X.

Une période sensible de développement peut se manifester de différentes manières. Par exemple, un enfant peut passer par une étape où il est particulièrement réceptif à l’apprentissage de la communication ou à l’exploration de sa mobilité.

Périodes de développement sensibles

« Les périodes sensibles décrivent le modèle suivi par l’enfant pour acquérir des connaissances sur son environnement, tandis que Absorbent Mind explique la qualité et le processus par lequel il acquiert ces connaissances. « 

Maria Montessori – une approche moderne

Les périodes sensibles sont «des blocs de temps dans la vie d’un enfant où il est absorbé par une caractéristique de son environnement à l’exclusion de toutes les autres». Maria Montessori a observé des périodes sensibles dans le besoin d’ordre de l’enfant dans l’environnement, dans l’utilisation de la main et de la langue, dans le développement de la marche, dans la fascination pour les objets de détail minutieux et dans une période d’intérêt social intense.

Métaphores en biologie

Les découvertes de Maria Montessori en biologie prêtent à des analogies efficaces avec ces périodes de la vie d’un enfant. Par exemple, elle décrit une métaphore: le jeune papillon pond ses œufs sur une feuille, où éclosent de minuscules chenilles et très sensible à la lumière, recherchent les feuilles les plus douces pour se nourrir aux endroits dangereux des plantes. Une fois que les chenilles se développent et sont assez fortes pour manger des feuilles plus dures, cette sensibilité à la lumière disparaît. Une autre analogie est un projecteur (venant de l’esprit) n’éclairant que certaines parties de l’environnement.

Ces périodes sensibles peuvent être considérées comme des moments de préparation à l’apprentissage. Les périodes sensibles apparaissent comme un intérêt intense pour répéter certaines actions encore et encore, jusqu’à ce que, hors répétition, une nouvelle compétence émerge et soit maîtrisée. Ces périodes sensibles se manifestent par un comportement. Pendant ces périodes, l’enfant montre de la vitalité et du plaisir à effectuer ces actions. Si l’enfant n’a pas été autorisé à travailler selon les périodes sensibles, Maria Montessori a dit que c’était comme « un point tombé dans sa vie mentale » parce qu’il perdrait sa sensibilité et son intérêt dans ce domaine et cela affecterait tout son développement physique.

Dans la « Casa de Bambini », Maria Montessori a observé que les périodes sensibles n’étaient pas linéaires. Ils ne se suivent pas. Certains couraient parallèlement et d’autres se chevauchaient, il était évident pour elle que les périodes sensibles que l’enfant traversait n’étaient pas seulement une aide au développement de sa vie physique, mais qu’elles étaient aussi un aspect important de son processus d’apprentissage. Ainsi, en formulant sa méthode d’éducation, Maris Montessori a identifié six grandes périodes sensibles :

Six périodes sensibles de développement

Cette évolution va au-delà d’un enfant qui s’intéresse davantage à certaines activités certains jours ou qui est moins réceptif à l’apprentissage quand il a faim. En fait, la Dre Maria Montessori a regroupé le développement de l’enfant en six périodes distinctes, notamment:

  • Langage – une période allant de 3 à 6 ans, mais commençant sans doute peu après la naissance
  • Ordre – commence au cours du premier mois ou de la première année de vie et persiste jusqu’à la deuxième année.
  • Mouvement – commence à la naissance et continue à marcher normalement entre 12 et 15 mois environ
  • Apprentissage sensoriel – commence à partir de 1 ans mais est déjà présent dés la naissance
  • Social et émotionnel – survient souvent vers l’âge de deux ou trois ans à partir de la naissance
  • Petits objets – arrive quand les enfants ont environ un an et durent quelques années