S’inscrire au challenge gratuit

7 jours pour communiquer avec bienveillance

« Oh, enfin je te rencontre! » Ce sont les tout premiers mots que j’ai dit à mon fils nouveau-né, quelques instants après l’avoir mis au monde il y a maintenant 12 ans. Je le tenais dans mes bras, le regardais dans les yeux et réalisais que je l’avais attendu impatiemment durant 9 mois. Pendant nos cinq jours à l’hôpital (oui un peu long a l’époque je l’avoue), je me suis retrouvé à lui parler : lui demandant s’il avait faim, lui fredonnée des petites chanson quand j’ai changé sa couche, lui disant que ses petits vêtements étaient des cadeaux de son grand-père et de sa grand-mère. et le rassurant que j’étais avec lui quand il pleurait. Lui parler vient naturellement. Il avait entendu le son de ma voix pendant neuf mois, alors je savais qu’il me connaissait aussi.

Quand et comment parler aux bébés

Certaines personnes se demandent quand et comment parler aux bébés. La solution consiste simplement à parler aux bébés comme à n’importe qui d’autre. Même si la conversation est à sens unique, votre bébé écoute et absorbe vos mots, vos actions et votre ton de voix.

Il existe des tâches de tous les jours, comme l’alimentation, les changes, le bain et l’habillage, que les adultes semblent parfois faire automatiquement, sans se souvenir ni se rendre compte que ces expériences sont nouvelles pour les nourrissons. Lorsque nous ralentissons et voyons ces tâches sous un nouvel œil, nous pouvons les utiliser comme des occasions d’expliquer lentement, honnêtement et en termes réels ce qui se passe.

Lorsque vous baignez votre enfant, par exemple, votre conversation pourrait être la suivante:

«Maman a préparer ton bain pour toi. Je vais enlève tes vêtements. Je vais dégrafer ton pyjama. On commence par le bras gauche et ensuite le bras droit. Et maintenant la jambe gauche et la jambe droite. Oh, il fait un peu froid? Viens maintenant, je vais te prendre et te mettre dans la baignoire. L’eau est bonne et bien chaude. Est-ce que ça va mieux? Je te vois donner des coups de pied. Est-ce que ça fait du bien Ok… Maman va te laver la tête avec ce gant de toilette. Maintenant, je vais te laver le visage. Oh coucou! Je te vois. Il y a tes yeux, ton nez et ta bouche! Maintenant, je vais te laver les oreilles et le cou. Et lave tes bras et ton ventre. Tu vas t’asseoir un peu pour que je puisse vous laver le dos? C’est bon. Maintenant, prenons les jambes et les petits orteils. Tu as deux pieds! Je vais les laver tous les deux. Et maintenant, je vais te laver les fesses. Ca y est, on a tout fini? Je vais te sortir de la baignoire et t’envelopper dans cette belle serviette chaude. Je ne veux pas que tu aies froid. Oh, c’était un bon bain. Allons dans ta chambre et je vais te mettre ton pyjama propre. Ensuite, vous tu sera prêt pour une histoire et puis un bon dodo. « 

Les chercheurs disent que lorsqu’un bébé babille, il est prêt à apprendre.

Des parents m’ont dit qu’ils craignaient le bain parce que leur bébé pleure. Souvent, vous constaterez que le bébé pleure parce qu’aucune communication n’est faite avec l’enfant. Imaginez comment vous vous sentiriez si quelqu’un vous dépouillait de vos vêtements et vous plongeait dans l’eau sans vous dire le pourquoi du comment?! Vous auriez probablement peur aussi! Mais lorsque nous utilisons le langage pour communiquer à l’avance, ainsi que pendant l’activité, nos mots et notre posture apaisent et rassurent. Vous invitez le bébé à devenir un participant actif dans sa propre vie.

Lorsque bébé pleure, plutôt que de faire taire ou d’essayer de le distraire afin de l’arrêter, dites-lui que vous l’écoutez. Plutôt que d’interrompre la communication avec un «chut» ou «ne pleure pas», interagissez avec votre bébé. Reprenons l’heure du bain pour un exemple:

«Viens maintenant, je vais te chercher et te mettre dans la baignoire. Oh, tu pleures! L’eau est-elle trop chaude? Laisse moi voir. Oh, je vois, c’est un peu froid, non? Nous avons dû attendre trop longtemps. Laissez-moi te reprendre et ajouter un peu d’eau tiède. Je suis désolé. Cela a dû être désagréable. Je n’aime pas les bains froids non plus. Je n’aurais pas aimé ça du tout. Là, ça va mieux. Essayons encore. Je vais vous remettre à l’eau et voir si c’est mieux. Oh super. Je te vois donner des coups de pied et bouger. Tu doit te sentir beaucoup mieux. Je suis vraiment désolé. Maman va essayer d’être plus prudente demain.

En discutant de la raison pour laquelle le bébé pleurait, non seulement nous avons impliqué bébé dans la situation, mais nous avons également enseigné les causes à l’effet – l’eau était froide, alors il a pleuré. Nous avons également enseigné la résolution de problèmes – l’eau était froide et désagréable, mais lorsque nous avons ajouté de l’eau chaude, elle est redevenue agréable. Plus important encore, nous avons fait savoir à bébé que nous avions entendu ses préoccupations et qu’elles étaient importantes pour nous. Nous avons écouté comme il a communiqué avec nous.

La façon dont nous parlons aux bébés est également importante. Maria Montessori croyait que nous devions utiliser un vrai langage. Dans les exemples de conversations de cet article, nous n’utilisons pas de « langage de bébé ». Vos conversations doivent utiliser un langage réel et le même ton que celui que vous utiliseriez avec des enfants plus âgés ou des adultes. Il est peut-être difficile de croire que les bébés nous comprennent vraiment, mais souvenez-vous qu’ils ont écouté un langage réel avant même leur naissance. Tous les jours, ils entendaient des conversations d’adultes dans l’utérus. Il peut sembler que nous ayons besoin d’utiliser une voix aiguë ou chantante et une conversation «mignonne», mais la façon la plus respectueuse de communiquer avec nos bébés est de leur parler intelligemment, avec la conviction qu’ils comprennent disent.

Lorsque nous parlons intelligemment aux bébés, nous encourageons la communication et le développement du langage. Nous augmentons la sensibilisation – à la nôtre et à la leur! Et nous construisons la confiance, approfondissant le lien entre nous.

Si vous avez aimé l’article je vous invite à le partager et à le commenter!